TAXIS : APRÈS AVOIR CRÉÉ LA PAGAILLE, LA MAIRIE DE LIBREVILLE RECULE

Plusieurs voix indignées s’élèvent depuis que Léandre Zué, le maire de Libreville, a décidé de manière inopportune de réclamer la taxe municipale aux chauffeurs de taxis, alors que ces derniers, comme toute la population gabonaise viennent de traverser une période difficile.

La décision du maire de Libreville avait vivement été critiquée par les populations prises en otage, par la démarche cavalière des agents municipaux de mettre en fourrière les taxis en infraction. 

La mairie est certes dans son droit régalien, mais les usagers avaient cru que le maire prendrait fait et cause aux côtés du Président de la République qui avait appelé à plus de solidarité.

Il s’en est suivi un calvaire pour les Librevillois qui sont soumis à un régime de marche forcée depuis le début de la semaine. Une situation qui va connaître son épilogue avec la décision de la mairie de Libreville de surseoir à la mise en fourrière des taxis, et de réduire pour moitié le montant de la taxe municipale. 

Une décision pleine de sens qui rejoint enfin l’ambition des autorités gabonaises de se tenir aux côtés des petits artisans de la vie économique de notre pays.

Leave a Reply

Your email address will not be published.