spot_img

Santé: La CNAMGS s’emploie à la reprise de ses prestations dans les hôpitaux publics.

Dans le souci démentir la principale raison qui a conduit les médecins fonctionnaires à suspendre les prestations de la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale, dans les hôpitaux publics, la CNAMGS a rendu public son journal statistique, mardi 23 avril, à Libreville, qui montre que la structure a bien payé les prestations de 2018, à plus de 30 milliards de francs CFA.

La Caisse nationale d’assurance et de garantie sociale a pris à contre-pied les médecins fonctionnaires qui ont suspendu depuis le 22 avril 2019, toute prestation relevant de la CNAMGS, sous prétexte que la structure était redevable de plusieurs milliards de francs CFA aux hôpitaux publics.

Le 17 avril, au terme d’une assemblée générale du SYMEFOGA, le président du Syndicat des médecins fonctionnaires du Gabon, Adrien Mougougou, avait affirmé que ‘’la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS), peine à reverser sa dette auprès des hôpitaux publics qui avoisine plusieurs milliards de francs CFA. C’est la précarité et l’insécurité sanitaire qu’il y a dans nos hôpitaux. Aujourd’hui, la mortalité hospitalière a exponentiellement explosé. Nous pensons que nous avons suffisamment supporté, nous n’en pouvons plus. Face à cette situation apocalyptique nous suspendons les prestations de la CNAMGS dans les hôpitaux publics  ».

Mardi, la CNAMGS a déclaré cette décision des médecins ‘’incompréhensible’’ alors qu’elle ‘’a bouclé le paiement des prestations 2018 aux structures de santé, sur tout l’étendue du territoire national. Au moment où nous mettions sous presse cet article, près de 30 milliards ont été payés, ce qui représente plus de 85% de la dette’’.
Pour l’organisme ‘’les retards dus à la transmission, à la régularisation et au contrôle des factures sont à l’origine des retards de paiement occasionnés. Ainsi les prestations de la CNAMGS se répartissent en structures publiques, structures privées, dépôts et pharmacies. Elles permettent de catégoriser les dépenses effectuées en fonction des différentes catégories sociales : Fonds 1 (concerne les dépenses du secteur privé, donc les employés du secteur privé); le Fonds 2 (concerne les dépenses du secteur public, donc les fonctionnaires) et le Fonds 3 (concerne les dépenses des Gabonais Economiquement Faibles)’’.

L’organisme a affirmé avoir fait des pieds et des mains pour régler les prestations de santé et éviter de ne pas pénaliser les patients. ‘’A ce jour, on peut aisément dire que la CNAMGS a payé la totalité des prestations de santé dues à ses partenaires. Un effort considérable qui met du discrédit sur une idée répandue à tort que la CNAMGS ne paierait pas ses prestataires’’.
En conclusion, explique, Armis Owono Mve, chargé en communication de la CNAMGS, ‘’il revient aujourd’hui aux partenaires que sont les structures publiques, les structures privées, les dépôts et pharmacies de respecter les closes du contrat qui les lient à la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale’’.
Au regard de ce tableau de statistiques dressé par la CNAMGS, qui porte donc la responsabilité de la situation actuelle?

Pamphil EBO

Caistab
Samsung
Gabon Égalité
Livraison
Caistab
Urban FM
Sweet & Sour
Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la Famille