AFRICA N°1 : VERS UN RÈGLEMENT DES IMPAYÉS SALARIAUX ?

En cessation d’activité depuis plusieurs années, les agents d’Africa n°1 sombrent dans la précarité. Leurs salaires, payés depuis lors par le Trésor public sont reversés aléatoirement. Cette situation pourrait changer dans les jours à venir avec la promesse de paiement faite par l’administration financière suite au soulèvement de ces derniers.

Logo de la défunte radio panafricaine et pancartes à la main, les agents d’Africa n°1 réunis au sein du Syndicat des communicateurs ont, hier jeudi 18 novembre, observé un sit-in devant les bureaux du Trésor public sis au centre ville.

Les agents réclament le paiement des arriérés de salaires comptant pour l’année 2021. Selon une source, il s’agirait de quatre mois d’impayés, alors que depuis la déclaration de faillite, les agents sont mensuellement payés par le Trésor public en attendant que l’Etat statue sur l’avenir de cette radio.

Au Trèsor public hier, les responsables syndicats représentants les agents de la défunte radio ont été reçus par ceux du Trésor public. De ce qu’il ressort, selon une source, la situation de ces agents devrait être étudiée avec effet positif d’ici la semaine prochaine.

“Mais, tenant compte que nous avons reçu plusieurs promesses qui ont été non réalisées, nous restons dans l’expectative”, a fait remarquer une source proche de la radio. Attendant une solution positive de la part du Trésor public, les agents disent rester sur le pied de guerre.

Depuis plusieurs années, c’est à ce type de marathon que les agents d’Africa n°1 doivent se livrer pour espérer avoir ce qui leur revient de droit. Si le dossier du futur de cette radio est sur la table des autorités gabonaises, la lenteur de son traitement impact de nombreux pères et mères de familles qui ne savent plus à quel saint se vouer.

Michaël Moukouangui Moukala