AKANDA : LE CALVAIRE DE LA CIRCULATION ROUTIÈRE

Akanda est une commune située dans le nord de Libreville. Si elle est réputée pour ses belles constructions et le confort qu’elle offre à ses habitants, c’est plutôt son inaccessibilité qui la met sous les feux des projecteurs. Des embouteillages à n’en point finir.

Succession d’épreuves difficiles, c’est le quotidien des habitants de la commune d’Akanda pour y accéder ou juste sortir.  Dès 6h du matin, les routes sont bondées de véhicules. 5 à 10km/h, c’est à ce rythme qu’avancent les automobilistes dans les longs bouchons. Au-delà de cette vitesse, les risques de collisions augmentent. D’ailleurs les collusions dans ce calvaire sont très récurrentes. Plusieurs automobilistes perdent patience et essaient de se faufiler. Loin d’être une solution, ils amplifient les bouchons.  

En plus des automobilistes impatients, ces embouteillages  sont d’abord causés par les nombreux ronds-points que l’on retrouve le long du trajet. Ces sens giratoires sont beaucoup trop grands et réduisent les marges de manœuvres des automobilistes, ce qui entraîne un ralentissement de la circulation dans le nord du grand Libreville. De plus, la voie express, principale et unique voie d’accès dans la commune, a été conçue en deux fois deux voies. Seulement, force est de constater que des automobilistes véreux créent une troisième file qui vient là aussi freiner la circulation.

Pour réguler le trafic, les forces de polices nationales essaient tant bien que mal de jouer leur partition. Une brigade motorisée s’est donnée pour mission de traquer les usagers de la route qui ne respectent pas les normes et créent le désordre. Elle veille à ce que seules, deux files circulent. Une stratégie qui, depuis peu, porte des fruits bien que ne réglant que partiellement le problème. A côté de la brigade motorisée, une patrouille pédestre qui a supprimé le sens giratoire à l’entrée de la cité des ails, obligeant les automobilistes à continuer le long des voies express. Une démarche qui elle, également donne de bons résultats.

Cependant, il serait dans l’intérêt de tous, d’ouvrir d’autres voies d’accès afin de fluidifier le trafic, obstrué au quotidien. Cette solution serait plus pérenne et permettrait aux habitants « d’Akanda la belle », de vaquer à leurs occupations, dans une totale quiétude.

Freddy MOUSSOUNDA

Leave a Reply

Your email address will not be published.