BIENTÔT LE BOUT DU TUNNEL POUR LES DÉFLATÉS DE L’AGP

Après avoir reçu les déflatés de l’Agence gabonaise de presse (AGP), le ministre de la Communication, Edgard Anicet Mboumbou Miyakou, a échangé ce 25 juin 2020, avec les responsables du Syndicat national des agents de la communication publique (Synacop-AGP), pour examiner la situation des cotisations de leurs adhérents à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS), et celle des licenciés de l’AGP qui ont été oubliés dans le calcul des droits légaux.

Les responsables du Syndicat national des agents de la communication publique ont présenté les difficultés traversées par leurs adhérents mais aussi celles des agents licenciés de l’AGP. S’agissant des cotisations CNSS, le ministre a instruit les administrateurs concernés de régler le problème et celui des déflatés qui ont été oubliés dans le calcul des droits légaux. « Notre objectif est de tout mettre en œuvre pour que les choses se passent au mieux en tenant compte des erreurs qui ont pu se produire », a ajouté le ministre de la Communication.

Trois jours auparavant, le ministre avait donné les mêmes assurances aux déflatés de l’AGP. «Je peux vous rassurer que lors de l’élaboration de la loi de finances rectificative qui est actuellement devant le parlement, le Premier ministre, Chef du gouvernement, avait insisté auprès du ministre de l’Economie et des Finances pour que toutes les situations d’ordre social soient régularisées». Licenciés le 29 décembre 2017, pour des raisons économiques, les 49 déflatés de l’Agence gabonaise de presse (AGP) attendent toujours le paiement de leurs droits légaux, évalués à 240 000 000 FCFA. Après quatre ans de promesses non tenues, ils avaient promis d’organiser un sit-in cette semaine au siège de l’AGP.

Pamphil EBO

Leave a Reply

Your email address will not be published.