Le Gouvernement veut mettre fin aux missions de Clean Africa pour insuffisances. »


En guerre contre l’insalubrité quasi permanente observée dans la capitale, les autorités gabonaises prennent toute la mesure de la situation et sont en passe de résilier leur contrat avec la société Clean Africa.

Clean Africa qui comptait selon notre confrère la lettre du continent dans son conseil d’administration l’ancien ministre de l’Intérieur M. Pacôme Moubelet, et Liban Soleiman l’ancien chef de Cabinet (2009-2016) et Patron du bureau de coordination du plan stratégique gabon emergent,(BCPSGE) une super structure chargée de piloter les projets structurants du premier mandat du Président Ali Bongo .


Depuis 2012, l’entreprise Clean Africa, née des cendres de la défunte Sovog et filiale du Groupe Averda, n’a pas réussi le pari d’une collecte régulière des ordures ménagères et ce, malgré le renforcement de ses capacités logistiques et facilités administratives. Une série de facilitations qui avaient pour objectifs de permettre à Clean Africa de répondre plus efficacement à ses missions.

Cependant le spectacle désolant des « poubelles » et son corolaire d’odeurs nauséabondes dans plusieurs quartiers de Libreville souvent décriés par les populations et l’Etat n’auront auront eu raison de la volonté et la confiance du gouvernement envers Clean Africa dont le contrat avec l’Etat va prendre fin.


Avec les nouvelles prérogatives octroyées aux mairies et aux communes dans la gestion des ordures, dont l’entrée en vigueur est prévue pour décembre 2019, et la mise en place du Haut-commissariat à l’environnement et au cadre de vie, c’est assurément une nouvelle ère qui s’ouvre pour le bien des gabonais. Selon des sources concordantes les conclusions de l’audit mené depuis peu par Haut-commissariat à l’environnement et au cadre de vie devraient être très « accablantes » pour Averda.

Leave a Reply

Your email address will not be published.