COMPLAINTES AU GABON : QUELLE EST LA VOIX DES CONSOMMATEURS ?

Plusieurs entreprises au Gabon prennent des décisions impactant le quotidien de leurs abonnés sans tenir compte de leurs avis. Seulement, aucun élan national de mouvement de consommateurs de grande envergure, solidaire, imposant et capable de se faire entendre n’est observé.

Les plaintes visant les entreprises foisonnent au quotidien sur la toile, entre autres, augmentation du coût du transport, des forfaits Internet, des factures d’électricité. Les démarches adoptées par les entreprises pour la modification des offres de service, ne prennent pas toujours en compte le droit des consommateurs. Ceux-ci parfois contraints finissent par adhérer à ces changements, sans pour autant soulever des vagues de contestation.

Et pourtant, le regroupement des usagers mécontents pourrait créer une voix assez puissante et capable d’engendrer des changements. C’est le cas des utilisateurs d’un opérateur de téléphonie mobile au Sénégal en 2020, qui suite à l’augmentation du coût des forfaits, se sont mis en bloc pour appeler au boycott. Ils ont détruit leurs cartes SIM en direct, d’un pas solidaire.

« Les appels au boycott et à la destruction de cartes SIM en direct sur les réseaux sociaux se sont multipliés, accentuant la pression sur l’opérateur. D’abord très prudent sur sa communication, il a finalement regretté une « immense incompréhension » et renouvelé « son attachement à rendre l’accès à Internet et aux communications mobiles abordable pour tous les Sénégalais ».Pas de quoi calmer les consommateurs, qui appelaient à une journée de boycott de l’opérateur, le 7 août. Si l’opérateur maintient que ses offres répondent au besoin de connectivité des Sénégalais, le régulateur, lui, a entendu les mécontents. Vendredi, l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (ARTP), saisie par plusieurs associations de consommateurs, a demandé au groupe de surseoir aux nouvelles offres mises sur le marché le 22 juillet 2020.» Rapporte Jeune Afrique.

Au Gabon, on parle de la plateforme « 1,8 millions de consommateurs GABON » qui arrive de temps en temps à créer des petits mouvements sur les réseaux sociaux suite aux plaintes de certains consommateurs de différents produits. L’impact n’est pas encore aussi important, mais il peut être noté comme le début d’un pas vers un mouvement capable de taper du poing sur la table.

Shekina Bibaye

Leave a Reply

Your email address will not be published.