GABON: LE WASHINGTON POST EN GUERRE CONTRE LES FAKE-NEWS AU GABON

Longtemps accusé par l’administration du Président TRUMP de diffuser des fake news, le Washington Post, leader de la presse américaine a décidé d’aller en guerre contre celles-ci. Dans un dossier spécial en plusieurs parties l’équipe video de WP souhaite revenir sur les nombreuses manipulations de l’information qui ont émergé pendant le quatrième trimestre 2018 au Gabon.

alors que le président Ali Bongo Ondimba est en convalescence au Maroc, les réseaux sociaux bruisent de nombreuses fake news dont un des principaux propagateurs agit sous l’identité de Starlyrols Parfait. Ce jeune internaute va devenir l’expert vidéo à suivre, l’objectif étant de faire une analyse orientée sur la santé du président Bongo Ondimba à travers plusieurs vidéos. Ces analyses seront même « légitimé » par un tweet daté du 28 novembre 2018 de Arnaud Sanchez, un anonyme élu local du Pas-de-calais, et proche d’Emmanuel Macron. Une sortie innoportune rapidement relayée par une partie de l’opposition gabonaise, et pour laquelle l’élu de Lens ne se sera jamais excusé. Les conclusions de ce pseudo-expert, fortement relayées par l’ancien VPM Bruno Ben Moubamba, sont ainsi battus en brèche dans la recherche. En effet, le Washington Post s’est attaché les services de deux experts reconnus qui déclarent que les théories d’une doublure ou d’un deep fake sont infondées et peu crédibles.

La problématique des fake-news est au-devant de la scène depuis quelques années, en particulier à cause de leur vitesse de propagation, mais aussi à cause de la capacité avec laquelle une opinion publique comme celle que nous avons au Gabon peut les absorber. C’est d’ailleurs une des raisons pour laquelle le célèbre réseau social Twitter a décidé depuis juin 2018 d’aller en guerre contre la manipulation de l’information et la haine qui peut en découler.

Dans le cas du Gabon l’enquête du Washington Post, même si son contenu n’a pas la force de l’évangile, est une bonne chose. Qu’un média de cette envergure s’engage à faire la lumière sur les nombreux cas de manipulation qui ont marqué cette fin d’année 2018, est la preuve que certaines manipulations de l’information obéissait à un agenda politique précis.

Ces évènements qui ont précédé le coup de force du 7 janvier 2019, bien que le parallèle n’ait jamais été fait sur les deux évènements pose légitimement la question de l’objectif recherché par les commanditaires, si ce n’était de déstabiliser les institutions de la république.

Le Washington Post veut revenir sur les diverses interprétations des apparitions videos du President de la République, mais surtout sur les interprétations fallacieuses qui ont été faites jusqu’a ce que l’évidence de la vérité l’emporte sur les fantasmes des uns des autres.

Une occasion donnée au gouvernement gabonais de trouver une légitimité à garnir son arsenal judiciaire contre la diffusion des fausses informations dont le dernier cas en date portant sur des supposés enlèvements d’enfants dont on sait aujourd’hui la manipulation ont causé la mort dans des circonstances tragiques de plusieurs compatriotes il y a juste quelques semaines.

Leave a Reply

Your email address will not be published.