“Vous laissez les bandits courir dans la capitale” le procureur Olivier Nzahou aux Officiers de Police judiciaires.

Face au constat de l’inobservation de certaines valeurs par bon nombre d’officiers de police judiciaire (OPJ), une grande réunion à été organisée par le patron des OPJ, le procureur de la République Olivier N’zahou ce 11 mai à fin de sonner la fin de la récréation.

La première catégorie des OPJ concerne tous les officiers des forces de défense et paramilitaire, détenteurs de ce diplôme. L’autre catégorie est celle à qui le parquet de la république décerne cette autorité via un serment.

Et la dernière est celle dont la fonction donne de fait cet attribut. Voilà en quelques mots comment Olivier Nzahou à rappelé les trois ordres qui régissent les OPJ en fonction de leurs domaines d’intervention. Ces trois ordres sont donc placés sous l’autorité du procureur de la république, qui en sa qualité, dirige la police judiciaire, procède ou fait procéder après information d’une infraction, conformément à l’article 37 du code de procédure pénale.

Or, il y a encore des administrations parmi celles citées ci-dessus, qui sollicitent le concours des huissiers de justice pour un constat. Poursuivant, le patron des OPJ “à mis en garde les OPJ des forces de défense” pour leur complaisance dans le traitement des procédures transmises en instruction et qui ouvrent la voie à de nombreux “vice de formes”

“ Les administrations brillent par leur absence dans la transmission des procès-verbaux. La flagrance vous donne plein pouvoir, mais vous laissez les bandits courir dans la capitale. Nous devons prendre nos responsabilités en luttant efficacement contre la criminalité” a martelé le procureur qui a requis une plus grande implication sur les sujets qui font l’actualité comme les crimes économiques, le proxénétisme en milieu scolaire, mais surtout, la disparition de 353 conteneurs au port d’owendo.”Comment une administration comme les douanes qui regorge d’un nombre aussi important d’OPJ, n’arrive-t-elle pas à localiser la destination d’une cargaison de kevazingo parquée au Port d’owendo?” Se questionne à cette occasion Mr Nzahou.

Pour finir, l’homme fort du parquet, “demande à chaque administration” des rapports quotidiens et une présence régulière d’au moins 3 membres par administration à chaque sortie du parquet à travers la ville de Libreville.

Pierre Rolland

Leave a Reply

Your email address will not be published.