LE GABON MET EN  LUMIÈRE  LA CORRUPTION DANS LES MARCHÉS PUBLICS

Le Gabon met en évidence la corruption dans les marchés publics, à l’occasion de la célébration de la Journée internationale de lutte contre la corruption ce 9 décembre 2019. Allocutions, conférences, débats et thématiques exposés tout au long de cette journée sont axés sur la corruption qui gangrène le pays.

« Des pratiques occultes entourent la passation, l’exécution et le contrôle de certains marchés publics dans notre pays ». Nestor Mbou, le président de la Commission nationale de lutte contre l’enrichissement illicite, n’a pas mâché ses mots ce lundi 9 décembre 2019, pour fustiger les responsables corrompus de la haute administration gabonaise notamment ceux des marchés publics.

Des actes graves qui affectent considérablement le budget de l’Etat « pour un service rendu très discutable, voire inexistant ».

L’impact de la corruption et de l’enrichissement illicite, au regard des procès dans les tribunaux, « obère gravement la crédibilité de l’Etat gabonais, et partant de l’attractivité de notre pays à l’endroit des bailleurs de fonds internationaux », ajoute Nestor Mbou.

« La surfacturation, les travaux de mauvaise qualité, qui constituent des dangers pour les usagers, les travaux inachevés ou les éléphants blancs, l’absence de concurrence, l’accès limité des PME, ce sont les majors qui emportent puisqu’ils ont une marge financière importante, la fuite des investisseurs », sont quelques-unes des conséquences de la corruption, glisse une source proche du ministère du Budget.

La corruption est un phénomène mondial. Elle ne connaît pas de frontière. Pour la combattre, elle nécessite le développement d’une coopération internationale.

La célébration de cette Journée internationale intervient au moment où l’opération Scorpion bat son plein avec des ex-ministres et des responsables de la haute administration sont éclaboussés dans un affaire de corruption et de blanchiment d’argent de grande envergure.

Cette année, le thème décrété par l’Organisation des Nations Unies (ONU) est «Tous unis contre la corruption», tandis que le sous-thème retenu par le Gabon est « La corruption dans les marchés publics ».

Pamphil EBO

Leave a Reply

Your email address will not be published.