LE SOUS-PRÉFET D’AKAM-ESSATOUK ET SES ACOLYTES CONDAMNÉS À TROIS ANS DE PRISON

Mis en cause dans l’affaire des faux actes de naissance, le sous-préfet d’Akam-Essatouk, Mvono-Ebang, le 3e adjoint au maire de la commune d’Oyem,  Aboubakar Adamou, les secrétaires cantonaux du département du Woleu-Ntem, la secrétaire particulière du sous-préfet et d’un ressortissant camerounais ont écopé de 05 ans de prison dont 03 ans ferme.

Présentés devant le Tribunal de première instance d’Oyem, les accusés dont neuf Gabonais et un Camerounais ont tous été reconnus coupables ‘’de faux et usage de faux’’, ainsi que ‘’de faux et complicité en écriture publique’’. Chacun devra purger une peine de trois ans de prison ferme et deux ans avec sursis et payer une amende de 200 000 Fcfa.

Par ailleurs, le procureur de la République près du Tribunal de première instance  d’Oyem, Perrine Ada-Obiang et ses adjoints représentant le ministère public avait requis cinq ans de prison ferme jugeant les forfaits commis comme étant ‘’une violation flagrante de la souveraineté de l’Etat’’. Pour l’avocat des accusés, Me Pierre-Claver Ndong-Ondo, le rendu de justice  à l’endroit des neuf compatriotes est « très sévère ». « Je ne suis pas satisfait de la décision rendue ce matin par le Tribunal. La justice est distributrice et elle est rendue au nom du peuple gabonais, mais le statut particulier de ces individus n’a pas été pris en compte, par rapport à la nature de l’infraction », a-t-il indiqué.

Me Pierre-Claver Ndong-Ondo, entend donc faire appel à cette décision du Tribunal dans les prochains jours afin que la peine soit revue à la baisse.

0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x