L’ÉCHEC DE LA GESTION DES FILES D’ATTENTE DANS LES BANQUES CE 25 MARS

Comme il est de coutume, chaque fin de mois, les banques refusent du monde. Tout le monde veut rentrer en possession de son dû. Ce 25 mars 2020, en pleine crise sanitaire d’envergure mondiale, les populations gabonaises ont assisté à un triste balaie. Mettant de côté les gestes barrières, les salariés se sont rués vers les banques se frottant les uns aux autres. À qui incombe les responsabilités de ce spectacle alarmiste?

En cette période de crise les entreprises dont les banques doivent impérativement redéfinir leur responsabilité sociale. La responsabilité sociétale (ou sociale) des entreprises (RSE) est la prise en compte par celles-ci, sur une base volontaire, des préoccupations sociales et environnementales dans leurs activités et dans leurs interactions avec les autres acteurs, appelés parties prenantes. Il s’agit donc  d’intégrer les préoccupations sociales et environnementales dans les stratégies des entreprises et dans leurs activités opérationnelles. Ce qui en cette période charnière est d’une importance capitale pour la lutte contre le virus d’une part.

Fort est de constater qu’en cette période de fin de mois, les banques se sont contentées de payer les salaires sans prendre de réelles précautions. Le respect du marquage au sol à l’extérieur des banques ou encore du respect de la définition d’un quota journalier de personne à payer auraient été des éventualités parmi tant d’autres.

D’autre part, l’activité bancaire auraient dû être encadrée par les forces de défense comme annoncé par le ministre de l’intérieur Lambert Noël Matha, lors de son discours le 20 mars 2020 « Les Forces de l’ordre se chargeront de l’application des règles de distanciation entre les usagers, à l’extérieur comme à l’intérieur des établissements bancaires », même constat, rien a été fait.

A qui imputer le triste spectacle vécu? Alors que le président de la république, Ali Bongo est en première ligne dans ce combat, l’incivisme semble avoir la dent dure, et pourrait être un frein aux efforts déjà engagés pour freiner la propagation de ce virus. Rappelons le Gabon a enregistré son 7ème cas positif au Covid-19 ce 25 mars et pourrait voir les chiffres rapidement grimper si rien n’est fait.

Freddy MOUSSOUNDA

Leave a Reply

Your email address will not be published.