Lutte contre les trafics à la prison centrale de Libreville

Le système de surveillance de la prison centrale de Libreville, a été renforcé par l’installation de télésurveillances, a constaté le mardi 9 juillet 2019, le ministre de l’Intérieur, de la Justice, Garde des Sceaux, Edgard Anicet Mboumba Miyakou, en vue de lutter contre les trafics grandissants dans ce lieu de détention.

Les prisonniers devront bien se tenir. Ils sont prévenus d’oublier toutes leurs velléités d’évasion ou même leurs trafics de stupéfiants. Contrairement aux années passées, les surveillants de la prison centrale de Libreville auront un œil sur les détenus 24/24 grâce à 16 caméras à infrarouge positionnées dans différents coins de la prison.

L’obscurité de la nuit ne sera plus un avantage pour les malfrats qui chercheront à s’échapper ou à faire des trafics.

« Nous sommes dans un programme pour sécuriser davantage les lieux de détention. Il fut un moment comme vous le savez, nous avons fait une opération de fouille. La presse nationale et internationale ont été témoins de ce spectacle. Nous avons découvert qu’au sein de la prison, il y avait énormément de téléphones, de produits prohibés. Aujourd’hui nous pensons qu’avec ce système de surveillance, ces problèmes peuvent être résolus », a déclaré le ministre Edgard Anicet Mboumba Miyakou.

Certains détenus n’hésitaient même plus à faire des selfies et à poster des photos depuis la prison centrale qui sont devenues virales sur les réseaux sociaux. Et ces prisonniers ont fait le buzz sur internet.

Ce temps est désormais révolu. En plus des caméras à infrarouges, la clôture arrière de la prison qui était comme une passoire a été aussi reconstituée. Elle est d’une épaisseur de 40 cm et d’une hauteur de 12 mètres, ce qui empêchera les détenus de se faire la belle facilement.

Un groupe électrogène de 550 KVA a été installé pour alimenter l’enceinte pénitentiaire et le Commandement en chef de la Sécurité pénitentiaire.

Maxime OWONO

Leave a Reply

Your email address will not be published.