PLUS DE 1 000 PORTEURS DE VIH RÉAPPARAISSENT AU CTA DE PORT-GENTIL

Le responsable du Centre de traitement ambulatoire (CTA) de Port-Gentil, le Dr André Mbety, dans un entretien, s’est exprimé sur les porteurs du VIH qui ne fréquentaient plus le centre dont il a la charge depuis des années. Il estime « à environ un bon millier les patients qu’on peut considérer comme retrouvés ».

Les raisons de ce retour sont nombreuses. Premièrement, le Dr André Mbety évoque l’état de dégradation de leur santé. « Aujourd’hui, ils sont nombreux à être spontanément revenus, ayant constaté que leur état de santé se dégradait au lieu de s’améliorer », déclare le médecin chargé du CTA, dans le quotidien l’Union du jeudi 06 août 2020. Il n’a pas manqué de souligner que ces disparations n’avaient rien à voir avec l’arrivée de la pandémie de la Covid-19, car, en juin 2019, « dans le cadre d’une mission de supervision du Programme de lutte contre les infections sexuellement transmissibles (Plist), on a pu faire le constat qu’environ 2500 patients avaient disparus, sur plus de 6000 patients enregistrés ».

Comme deuxième raisonnement, le Dr André Mbety évoque les églises, notamment celles qualifiées de réveil. Ces chapelles préconisent la prière et le jeûne comme étant les solutions à leur maladie. Le jeune va à l’encontre des indications préconisées par la médecine, qui demande plutôt aux séropositifs de manger au moins cinq fois par jour.

Maxime OWONO

Leave a Reply

Your email address will not be published.