PRISE EN CHARGE DES MALADES MENTAUX : L’OPÉRATION PIÉTINE

Au début du mois d’août, l’opération visant à attraper et transférer les malades mentaux errants dans les rues de Libreville, au sein de l’hôpital psychiatrique de Melen, avait été lancée en grande pompe par le ministre de la Santé le Dr. Guy Patrick Obiang Ndong. Au regard de l’insuffisance de places au sein de cet hôpital, l’opération a été stoppée.

Les autorités ne semblent pas être prêtes à se débarrasser des malades mentaux de Libreville. Une semaine après le lancement, 56 malades avaient été récupérés et transférés dans le centre de santé mental de Melen situé dans la périphérie de la capitale. L’accroissement des effectifs dans cette structure est un frein à l’opération. Sur les 150 places disponibles, 99 malades errants ont déjà bénéficié d’une prise en charge gratuite. Conséquence, « l’opération de ramassage a été stoppée », annonce l’hebdomadaire Gabon Matin du lundi 28 septembre 2020.

Même si l’hôpital psychiatrique de Melen a vu la réouverture des urgences psychiatriques et enregistré un renforcement en lits, matelas et matériel bureautique, cette structure ne semble pas être adaptée pour contenir les malades mentaux errant dans Libreville, au grand dam des populations, obligées de vivre dans la peur, car, ces derniers, sont parfois très violents.

Autres point d’ombre, le manque d’effectifs dans la médecine psychiatrique. « Il faut encourager les jeunes à se spécialiser dans la médecine psychiatrique. Dans cette structure, nous avons seulement 7 techniciens supérieurs en santé mentale, 5 infirmiers en santé mentale, 4 psychologues cliniques et 3 psychologues généralistes », a relevé le directeur de l’hôpital psychiatrique de Melen.

Maxime OWONO

Leave a Reply

Your email address will not be published.

WhatsApp chat