RCA : LA PRÉSIDENCE CENTRAFICAINE AFFIRME QUE LE RETRAIT DU GABON ETAIT UNE DÉCISION UNILATÉRALE DE L’ONU

En visite de travail au Gabon, le Président centrafricain, Archange Touadera a confirmé ce qu’une partie de la presse africaine avait dénoncé : le caractère unilatéral du retrait des troupes gabonaises en RCA. Une décision de l’Organisation des Nations unies dont les Centrafricains ont été informés le jour même.

Selon certaines informations, il n’aura fallu que 24 heures aux responsables de la mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en Centrafrique (minusca) pour décider du retrait des troupes gabonaises en RCA. En comparaison, depuis 8 ans l’ONU est silencieuse sur les accusations vérifiées d’agressions sexuelles commises par les troupes françaises en République centrafricaine.

Pour les tenants de la thèse du complot contre le Gabon, les faits sont désormais explicites, les accusations d’agression sexuelle contre quelques soldats gabonais n’auraient eu pour objectif que légitimer le départ d’un pays engagé depuis 25 ans au service du peuple centrafricain.

En effet, selon le rapport d’enquête préliminaire publié par les autorités centrafricaines, aucune victime d’agression sexuelle, ni plainte n’auraient été recensée par les services de l’Etat. Les autorités gabonaises et centrafricaines affirment par ailleurs avoir découvert les accusations contre les troupes gabonaises dans la presse française. Cette dernière avait servi de caisse de résonance à la décision unilatérale de l’ONU.

Pour la Présidence Centrafricaine, le départ des troupes gabonaises créé déjà une instabilité comme le démontre le massacre il y a quelques jours à Bambari de 35 personnes.