LIBREVILLE : 500 POCHES DE SANG DÉFECTUEUSES DÉTRUITES

Au regard de leur mauvaise conservation, le Centre national de transfusion sanguine (CNTS), vient de détruire 500 poches de sang collectées à travers les différents centres hospitaliers universitaires de la capitale. Ce gaspillage est accentué quotidiennement avec la prescription superflue, par les médecins, de poches de sang.

Le directeur général du CNTS, le Dr Olivier Rébienot-Pellegrin, a indiqué que 85% de poches distribuées chaque année par son institution se retrouvent dans les hôpitaux publics. Cependant ces structures sanitaires publiques ne disposent pas des moyens techniques capables d’assurer la conservation de ces poches de sang, à l’exception du CHU d’Owendo et du CHU mère-enfant de Jeanne Ebori.

Une situation qui a conduit ses services à retirer récemment 500 poches de sang dans les CHU de la capitale. « Les stockages ne répondent pas aux normes applicables pour les produits sanguins labiles », a regretté le directeur général, dans le quotidien L’Union.

Il a fallu l’accord du ministre de la Santé pour retirer en urgence ces poches de sang défectueuses. Dans les structures sanitaires privées de la capitale, les poches de sang sont également mal conservées.

Le gâchis est également observable pour ce qui concerne les prescriptions inutiles de poches de sang. « Des médecins prescrivent deux, voire trois poches parfois pour des interventions qui, finalement se transfusent qu’une seule. A la fin, ces poches se gaspillent ou sont attribuées à un autre malade », sans même informer le CNTS du changement de destination du produit.

Pamphil EBO

Leave a Reply

Your email address will not be published.