SOCIÉTÉ : QUAND LA CNSS ACCUSE IMPLICITEMENT LE TRÉSOR PUBLIC GABONAIS DE COMPLICITÉ DE FRAUDE

Dans un communiqué surréaliste publié le 13 octobre 2021 dans le journal, l’Union, Patrick OSSI OKORI, le directeur général de la Caisse nationale de Sécurité sociale (CNSS) a demandé aux opérateurs économiques y compris le Trésor Public d’exiger avant toutes transactions la présentation d’une attestation de soumission.

« La Caisse nationale de Sécurité Sociale invite tout opérateur économique ou établissement financier, y compris le Trésor Public, avant passation de marché de paiement ou accord de crédit, d’exiger la présentation d’une attestation de soumission. »

Si le communiqué sonne comme un aveu de la faiblesse des services de recouvrement de la CNSS, l’utilité de l’interpellation faite au Trésor Public, un organisme d’Etat interroge. Surtout que le communiqué se termine sur un avertissement qui ne souffre d’aucune mauvaise interprétation « A défaut, vous vous rendrez moralement coupable d’incitation à la fraude sociale »

La Direction Générale de la CNSS, n’aurait-elle pas été plus avisée de s’appuyer sur des textes des lois contraignants, ou à faire du lobbying auprès de sa tutelle plutôt que mettre en cause la moralité des autorités du Trésor Public Gabonais ou des opérateurs économiques ?

Pour certains, si dans le fond les intentions de la CNSS sont louables notamment avec ses difficultés évidentes à payer les pensions retraites, et les conséquences de la gestion médiocre de ses différentes gouvernances passées, la forme de ce communiqué qui interpelle le Trésor Public comme un vulgaire opérateur économique pose problème. Pour un ancien cadre de la direction générale de la CNSS il plane « comme une odeur de pilotage à vue ».