TRAFIC D’ENFANTS : L’EX MINISTRE DES TRANSPORTS, FLAVIENNE NFOUMOU ONDO À SANS FAMILLE

L’affaire fait grand bruit. L’ex ministre des Transports, Flavienne Nfoumou Ondo ainsi que Yvette Angué et Ebang Asseko ont été reconnues coupables de trafic d’enfants, complicité de trafic d’enfants et usage de faux dans l’affaire d’enlèvement d’un nourrisson à Bitam dans le Woleu-Ntem. Une adoption illégale qui a fini dans les mailles de la justice.

Impliquée dans l’affaire de vente illicite d’un nourrisson, l’ex ministre Flavienne Nfoumou Ondo a été placée en détention préventive le 27 novembre 2020, à la prison centrale de Libreville.

En effet, reconnue coupable de trafic d’enfants, l’ex-ministre aurait donné un nourrisson en adoption à une cinquantenaire nommée Ebang Asseko, confrontée à un problème de stérilité. L’acte a été posé avec la complicité de la dénommée Yvette Angue, grand-mère du nourrisson, sans le consentement de sa génitrice Elodie.

Un accord parti en fumée car la génitrice ayant pris connaissance de l’affaire, a saisi la justice. Le scandale fait déjà depuis plusieurs semaines un tollé sur les réseaux sociaux car y sont impliqués, non seulement une ex ministre, mais aussi un médecin, auteur d’un faux certificat d’accouchement.

Pour l’avocat de l’ex ministre, sa cliente n’a commis aucun acte puni par la loi, aucun trafic d’enfant. « Un seul enfant pris dans sa famille et confié à une connaissance ne constitue point un trafic d’enfants et surtout eu égard au taux de stérilité élevé qui sévit chez nos femmes, mères et filles », a indiqué Me Moubembe.

Une affirmation battue en brèche par le procureur de la République près le tribunal de Libreville, André Patrick Roponat. Selon lui, l’adoption est une procédure qui nécessite l’accord des géniteurs de l’enfant à adopter, une exigence bien évitée par l’incriminée.  

L’affaire étant désormais entre les mains de la justice, l’on en saura un peu plus dans les jours à venir.

Raïssa Moubecka

Leave a Reply

Your email address will not be published.