Les organisateurs de la Tropicale Amissa Bongo reçu à l’UCI

LIBREVILLE, GABON (medias241.com)-Composée Sosthène Ndong, conseiller du Ministre des sports, Igor Nyambie Simard, administrateur Général du FNDS, Benjamin Burlot, coordonnateur Général de la Tropicale et Philippe Crépel, directeur sportif de la Tropicale, les organisateurs de la Tropicale Amissa Bongo ont été ce 08 novembre au siège de l’Union Cycliste Internationale par son président David Lappartient, ainsi que par le Directeur Général du Centre Mondial du Cyclisme, Frédéric Magné.

« Cette rencontre prévue de longue date a permis de situer l’importance de l’épreuve la plus réputée du continent africain sur l’échiquier du calendrier mondial. Les réformes du cyclisme professionnel lancées par la nouvelle équipe dirigeante de l’UCI devraient permettre à la Tropicale de trouver dans les années à venir, une place encore plus visible et plus conséquente dans une classification supérieure, susceptible d’attirer les plus grandes équipes », précise un communiqué du comité d’organisation de la « petite Reine ».

L’épreuve gabonaise a toujours été un événement précurseur depuis sa création en 2006, permettant ainsi pour la première fois dans l’histoire du cyclisme des confrontations directes entre les équipes professionnelles de premier niveau et les meilleures sélections africaines.

A l’aube de sa 15e édition, en 2020, la Tropicale peut se vanter d’avoir créé des vocations sur l’ensemble du continent africain, d’avoir permis l’émergence de talents qui ont trouvé place dans les plus grandes structures professionnelles du World Tour, et d’avoir offert au cyclisme africain une véritable crédibilité sportive.

Conscient de cet enjeu, « le président de l’UCI David Lappartient a confirmé le rôle majeur de la Tropicale Amissa Bongo et s’est engagé à développer l’évolution de l’épreuve gabonaise notamment grâce à sa réforme », indique le communiqué.

Organisé cette année du 21 au 27 janvier prochain, la 14e édition s’élancera de la partie méridionale du Gabon depuis la province du Haut-Ogooué, elle n’oubliera pas non plus celle du Woleu-Ntem. Pour la première fois en effet depuis 2009, les coureurs visiteront les deux extrêmes géographiques du pays avec en plus une grande innovation, le passage chez les voisins de Guinée-Equatoriale lors de la 5e étape via le Cameroun.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.