RUGBY : ÉCOEURÉ, PIERRE DURO PREND UN AUTRE CHEMIN

Très déçu par le manque de considération du rugby par les autorités gabonaises, Pierre Duro, le président-fondateur et d’honneur de la Fédération gabonaise de rugby a capitulé. Il quitte la balle ovale.

Nouveau rebondissement en ce qui concerne le rugby gabonais. Pierre Duro, considéré comme le père-fondateur du rugby au Gabon, a décidé de jeter l’éponge. Il a signifié son départ, presque en larmes.

«Vous connaissez pourtant mes valeurs de combat et mes engagements depuis plus de 35 ans pour relever le rugby gabonais. Mais cette fois je dis trop c’est trop. En effet, les promesses depuis plus de 10 ans que votre rugby attend, que ce soit en Association et depuis 6 ans en Fédération. Aucune subvention, pourtant promise par tous les ministres des Sports n’est jamais arrivée ».

La fédération gabonaise de rugby est l’une des mieux organisées. Elle a construit son stade. Elle organise un véritable championnat national avec des clubs bien structurés.

Alors que le ministère des Sports a pris à-bras-le-corps le problème de fédérations quasiment fictives, en envoyant les athlètes de ces fédérations participer à des compétitions continentales, il n’a rien fait pour le rugby. « Bien plus, depuis 4 ans nos Panthères, qui sont pourtant reconnues par le rugby Afrique et Rugby World, n’ont pas de possibilité de rencontrer des équipes de la région et même participer aux tournois olympiques de rugby à 7 qui dépendent du CIO. Devant cette situation, cela veut dire que mon message ne passe pas et de plus, il faut le dire, je ne suis plus en mesure de financer la Fédération comme par le passé », a regretté l’homme qui a tout donné pour la balle ovale au Gabon.

« Maintenant, l’avenir du rugby gabonais repose sur vous et le président Watremez », a écrit Pierre Duro, comme dans un testament.

Pamphil EBO

Leave a Reply

Your email address will not be published.