SPORT : DES ATHLÈTES GABONAIS VICTIMES DE L’AMATEURISME DU COG ET DE LA FGA

Deux coureurs gabonais sont actuellement en train de payer les frais du manque de professionnalisme affiché par le Comité Olympique Gabonais (COG) et la Fédération Gabonaise d’Athlétisme (FGA). Il s’agit précisément de la jeune  sprinteuse Pierrick-Linda Moulin et du spécialiste du 200 m Guy Maganga Gorra.

Le feuilleton commence avec l’annonce il y a quelques mois de la qualification pour les Jeux Olympiques de Tokyo de la jeune sprinteuse gabonaise âgée de 20 ans. Un événement qui a créé beaucoup d’engouement et d’émoi autour de l’athlète. Pierrick-Linda  Moulin a malheureusement été surprise par la suite d’apprendre qu’elle ne prendra pas part à la grande campagne olympique. L’annonce de sa qualification était une erreur venant de la COG et de la FGA qui visiblement n’étaient pas au fait du processus de qualification de la jeune sprinteuse.

Alors que la COG et la FGA se rejettent mutuellement la faute par médias interposés, la jeune sprinteuse déprime. Pierrick était vraiment fière d’aller aux JO… Aujourd’hui, tout ce rêve s’est envolé, elle est traumatisée, ne répond plus au téléphone et ne reste que dans sa chambre. » a confié son père, Patrick Moulin. Qui a également affirmé qu’ils prendront « une décision en rapport avec la sélection gabonaise » dans les prochaines semaines.

Cette situation va contraindre Guy Maganga Gorra à courir le 100m au Japon alors qu’il s’est préparé sur le 200m. « Durant des années je me suis préparé sur le 200 m afin d’être prêt pour Tokyo. Et maintenant à trois semaines des Jeux Olympiques, on me dit que je dois courir sur 100 m qui demande une technique de course particulière et de la vitesse. Comment vais-je pouvoir m’adapter en si peu de temps ? » s’interroge pour sa part le coureur gabonais.

Avec un comité national olympique et une fédération aux limites de l’amateurisme, les chances des médailles pour les Gabonais disparaissent un peu plus chaque jour. En définitif l’on serait tenté de croire que pour les dirigeants sportifs gabonais “l’important c’est de participer” comme le pensait Pierre de Coubertin, Le fondateur des Jeux Olympiques de l’ère moderne.

0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x