spot_img

UNSAC : l’ONU réaffirme sa détermination à continuer à soutenir les efforts de paix et de sécurité en Afrique centrale

LIBREVILLE, GABON (medias241.com)- Les Nations Unies ont réaffirmé leur détermination à continuer à soutenir les efforts de paix et de sécurité en Afrique centrale, en étroite collaboration avec leurs partenaires régionaux, en particulier la Communauté économique des Etats d’Afrique centrale (CEEAC).

Dans une allocution le 8 décembre lors de la 45e réunion du Comité consultatif permanent des Nations Unies chargé des questions de sécurité en Afrique centrale (UNSAC), M. François Louncény Fall, Représentant spécial du Secrétaire général et Chef de l’UNOCA, a insisté sur cet engagement après avoir exprimé ses inquiétudes par rapport à la situation politique et sécuritaire dans la sous-région. Celle-ci « demeure confrontée à de nombreux défis », a-t-il relevé, en mettant par ailleurs l’accent sur les difficultés auxquelles font face certains pays membres de l’UNSAC.

M. Fall a cité le cas du Burundi et de la République démocratique du Congo (RDC) où « les tensions politiques et sécuritaires » constituent toujours « une source de profonde préoccupation ». « J’appelle toutes les parties prenantes à faire le choix du dialogue, inclusif et de bonne foi, pour résoudre leurs différends par la voie pacifique », a-t-il souligné, précisant, en ce qui concerne la RDC, qu’il est important de renforcer les efforts en vue de la mise en œuvre de l’Accord Politique du 31 décembre 2016.

Le Représentant spécial et Chef de l’UNOCA a également évoqué les tensions dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-ouest du Cameroun, notamment pour réitérer le sentiment et la position de l’ONU. « Nous condamnons les récentes attaques perpétrées contre les forces de défense et de sécurité ayant entrainé des pertes en vies humaines », a-t-il insisté, rappelant que les Nations Unies « tiennent au respect de l’intégrité territoriale et de la Constitution du Cameroun ». Il a émis le vœu que le gouvernement camerounais poursuive ses efforts pour un dialogue afin « de faire baisser de manière durable les tensions persistantes ».

Par ailleurs, M. Fall a attiré l’attention sur la situation qui prévaut dans la région du Pool (Congo), compte tenu du « contexte socio-économique national difficile ».

Quant à la République Centrafricaine (RCA), il a salué le huis-clos ministériel qui a y été consacré et au cours duquel tous les chefs de délégation de l’UNSAC ont fermement redit leur soutien à la reconstruction d’un Etat centrafricain fort.

Le Ministre camerounais des Relations extérieures, M. Mbella Mbella, qui a dirigé cette session restreinte en sa qualité de Président sortant du Comité, a apprécié cette marque de solidarité, en ajoutant que tout doit être mis en œuvre afin que la RCA reste debout et retrouve une stabilité durable propice à son développement.

En dehors des pays membres, le Représentant spécial du président de la Commission de l’Union africaine en RDC, M. Abdou Abarry, a fait un discours allant dans ce sens, tout comme le Secrétaire général de la CEEAC, M. Ahmad Allam-mi.

Le Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU en RCA et Chef de la MINUSCA, M. Parfait Onanga-Anyanga, a également pris part à ce huis-clos, qui lui a permis de faire le point sur les défis actuels ainsi que sur le mandat qui lui a été confié par le Conseil de sécurité.

François Fall a fait observer que cette mobilisation en faveur de la RCA montre que « la sous-région reste attachée au rétablissement de la paix et de la sécurité dans ce pays ».

« La Déclaration de Kigali sur la situation en République Centrafricaine » adoptée à l’issue de la 45e réunion de l’UNSAC traduit pertinemment cette forte mobilisation. La Déclaration recommande aux partenaires régionaux et à la communauté internationale de « s’impliquer davantage pour que le Conseil de sécurité poursuive l’allègement de l’embargo sur les armes en vue de l’équipement et du réarmement des Forces armées centrafricaines (FACA) et encourage la MINUSCA à soutenir la restauration de l’autorité de l’Etat sur l’ensemble du territoire national ».

Les Ministres en charge des Affaires étrangères de l’Afrique centrale et les chefs de délégations présentes à la 45e réunion de l’UNSAC ont également adopté une Déclaration sur la réforme du Conseil de paix et de sécurité de l’Afrique centrale (COPAX).

Ils ont aussi suivi avec intérêt la lecture du communiqué ayant sanctionné l’atelier sur « l’implication des jeunes dans la prévention et la résolution des conflits, la lutte contre la radicalisation et la participation à un système d’alerte précoce » tenu le 7 décembre, en marge de leur session.

La Ministre rwandaise des Affaires étrangères, Madame Louise Mushikiwabo, qui assure désormais la présidence tournante du Comité, a félicité les jeunes pour leur engagement en faveur de la paix et de la sécurité dans la sous-région.

Le Bureau dont elle a la charge comprend en outre le Congo (première vice-présidence), le Tchad (deuxième vice-présidence) et la RDC (Rapporteur). Au nom dudit bureau, elle a remercié tous ses collègues et tous les participants pour leurs contributions au succès de la réunion de Kigali.

Le Rwanda présidera le Comité jusqu’à sa 46e session qui aura en principe lieu à Brazzaville au Congo durant le premier semestre 2018.

 

 

 

Caistab
Samsung
Gabon Égalité
Livraison
Caistab
Urban FM
Sweet & Sour
Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la Famille