VIOLENCES SCOLAIRES : LES ENSEIGNANTS DU SECOND DEGRÉ S’IMPRÈGNENT DU CORPUS JURIDIQUE

Le gymnase du lycée Paul Indjendjet Gondjout dit lycée d’Etat de l’Estuaire a servi de cadre à la deuxième journée de sensibilisation contre les violences en milieu scolaire ce 13 avril 2022. Cette initiative de la task force Gabon Égalité a permis aux enseignants du second degré d’être édifiés sur le corpus juridique en la matière. Cet événement a été rehaussé par la présence du ministre de la justice Erlyne Antonella Ndembet et sa collègue de l’Education Nationale Camélia Ntoutoume Leclercq.

Pour Camélia Ntoutoume, « le phénomène de la violence en milieu scolaire est très déplorable ». Elle entend grâce à cette initiative « donner une autre dynamique, sensibiliser davantage nos apprenants, nos enfants, la relève du Gabon » Elle espère au sortir de cet évènement que les élèves puissent plus que par le passé briser la glace pour dénoncer les violences dont ils sont victimes. « On dit que ce sont les petites rivières qui font les grands fleuves. Plus tôt nous sensibilisons d’abord les chefs d’établissement parce qu’il est anormal que lorsque les parents nous confient leurs enfants ils deviennent les victimes dans les établissements, il est anormal qu’un enseignant qui est un modèle pour la société devient un bourreau » a-t-elle martelé.

Au cours de cet évènement des élèves triés dudit établissement triés sur le volet ont adressé un plaidoyer à l’endroit des membres du gouvernement. Plaidoyer dans lequel ils dénoncent les violences dont ils sont au quotidien victime. Un message qui n’a pas laissé insensible la patronne de la justice gabonaise.

Nous sommes sortis des discours protocolaires que nous avons l’habitude de prononcer parce que l’heure est grave. Le phénomène de violences en milieu scolaire est un phénomène grave. Vous avez entendu les mots des enfants. Vous avez entendu le message des enfants. Un message qui vient de leur cœur, c’est un cri d’alarme. Ces enfants vous demandent de les sauver… Il faut absolument que tout le monde s’approprie ce message. Une sensibilisation ne suffit pas, il faut y mettre du cœur, il faut y mettre de la volonté, il faut être convaincu de la chose et je pense que tous ici vous êtes conscient de la gravité de la chose. » a indiqué le ministre de la justice en réponse au plaidoyer des élèves.

Cette campagne démarré la veille a pour objectif d’attirer l’attention des apprenants sur la nécessité de prohiber toute forme de violence, notamment à l’égard des jeunes filles, mais aussi et surtout d’appeler à la responsabilité et l’implication des enseignants et des éducateurs dans cette lutte au bénéfice d’un meilleur vivre-ensemble ainsi que prôné par les plus hautes autorités sur pays en tête desquelles, le chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba.

Livraison
Urban FM