La SNI va remettre des titres fonciers à 1400 occupants illégaux de Mveng-Ayong

Dans le cadre la régularisation foncière au profit d’anciens occupants illégaux, la Société nationale immobilière (SNI), est allée récemment échanger avec les populations du quartier Mveng-Ayong, au nord de Libreville, dans la commune d’Akanda, qui ont squatté ses terres quelques années auparavant. L’opération consiste à remettre des titres fonciers à 1400 Gabonais.

L’opération de régularisation foncière des occupants illégaux des lotissements de la SNI était conduite le 29 juin 2019, par le directeur général adjoint de la Société nationale immobilière Alex Anguilet Walker. Il est allé au contact des populations de Mveng-Ayong, accompagné de ses équipes techniques. Une rencontre qui s’inscrivait dans le cadre de la politique du gouvernement qui consiste à permettre à chaque Gabonais, notamment ceux qui sont économiquement faibles, de disposer d’un logement.

Cette opération dénommée un 1 titre foncier- 1 garantie, est désormais une réalité.

En plus de remettre les titres fonciers aux heureux bénéficiaires, la SNI a engagé une entreprise qui sera chargée de viabiliser les différents sites pour les rendre accessibles et faire des remblais nécessaires dans les portions inondables. La SNI apportera elle-même aussi de l’eau et de l’électricité là où il n’y en a pas aux populations qu’elle avait failli déguerpir il y a de cela quelques années.

Le directeur général adjoint de la Société nationale immobilière Alex Anguilet Walker, a fait le point de cette rencontre à forte portée sociale. « Nous sommes ce jour sur le site de Mzeng-Ayong, dans le cadre de la régularisation de la situation foncière des personnes occupant nos lotissements sans titre. Alors il s’est agi pour nous aujourd’hui de présenter le travail qui a été fait depuis quelques semaines. C’est une sorte de restitution, pour essayer de faire un pointage sur le parcellaire des occupants qui ont été identifiés au préalable, lorsque nous sommes passés sur le site pour faire de la levée topographique ».

« Nous allons élargir toutes les routes minimum 6 mètres pour le passage de deux véhicules. Il faudra aussi ajouter 3 réseau minimum sur les extrémités soit d’un côté 1,50 m pour le réseau d’eau et de l’autre 1.50 m pour le réseau d’électricité », a décrit un technicien de la SNI à Mveng-Ayong.

Devant ce qui s’apparente à un rêve, Pépin Mamas, un notable de Mveng-Ayong, a laissé éclater sa joie. « Je trouve l’opération d’aujourd’hui très louable, pourquoi parce que le problème de titre foncier est un problème grave au Gabon. Et le fait que la SNI se soit rapprochée des populations, pour régulariser les problèmes des terrains, est une initiative très louable. Cela nous permet d’éviter les conflits entre voisins. Cela nous permet demain d’avoir des terrains qui ne seront pas victimes des problèmes d’inondations. Si l’Etat a privilégié un opérateur immobilier, c’est pour faciliter les conditions d’accès aux terrains, aux maisons, c’est pour amener la route, c’est pour amener l’eau c’est pour amener l’électricité, faire en sorte que les gens ne puissent pas construire les uns derrière les autres, barrer les chemins d’accès, ainsi de suite ».

« C’est un sentiment de joie. Il faudrait que les choses se passent dans les normes comme cela a été dit, parce qu’aujourd’hui certains Gabonais qui ont dévasté cette forêt là, au moment où c’était la brousse dense, ne doivent pas être lésés maintenant que tout a été déboisé et que d’autres sont venus s’installer après eux. Il faudrait que chacun au moins récupère une partie de terre pour lui permettre au moins de vivre aisément avec sa petite famille. Je souhaite que la SNI fasse bien son boulot sans distinction d’ethnie ou de personne », a plaidé pour sa part le chef de quartier de Mveng-Ayong.

Alex Anguilet Walker a précisé que ce processus de remise de titres fonciers entre dans le droit fil de la politique prônée par Ali Bongo Ondimba. « Conformément à la vision du Chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba, de matérialiser sa politique de l’habitat qui consiste à transférer ou à donner la possibilité à chaque Gabonais d’être détenteur d’un titre foncier alors au sortir donc de cette réunion de synthèse et de restitution, la SNI sort très satisfaite du rendu avec les populations qui adhèrent massivement à cette opération et qui reconnaît en cela une portée positive sur le plan social ».

Lancée le 25 mars 2019, par la Société nationale immobilière (SNI), cette opération de régularisation foncière de près de 1400 citoyens est à sa phase de croisière.


Pamphil EBO

Leave a Reply

Your email address will not be published.