spot_img

Eau et Electricité : des contrats de concession signés pour améliorer le social des Gabonais

LIBREVILLE, GABON (medias241.com)-Le gouvernement gabonais, le Fonds Gabonais d’Investissements Stratégiques (FGIS), le Groupe industriel panafricain Eranove, la Société d’Eau et d’Energie du Gabon (SEEG), le groupe Wärtsilä et la Société Gabon Power (GPC) ont signé ce vendredi, plusieurs contrats de concession d’achat d’eau et d’électricité et un contrat de partenariat pour le développement de la centrale hydroélectrique de Kinguélé Aval.

«C’est la concrétisation et la matérialisation de nombreuses années d’efforts de travail. Aujourd’hui, nous sommes satisfaits de la signature de ces contrats qui marque la fin d’un grand processus. Maintenant nous allons passer aux phases les plus importantes, c’est-à-dire la mise en œuvre de ces chantiers dès 2019. Il reste encore quelques réglages bien-entendu, nous rentrons dans le schéma d’appels d’offres et ensuite une fois que nous avons  les entreprises adjudicataires, nous commencerons les travaux dans les différents sites», a dit le Ministre de l’Eau et de l’Energie, Patrick Eyogo Edzang.

Avec le gouvernement de la République Gabonaise, le Groupe Eranove a signé trois contrats. Notamment, une convention de concession pour de la production d’eau potable et deux contrats d’achat d’énergie électrique.

Projet Orélo

La signature de la convention de concession de l’usine de traitement et d’adduction d’eau potable Orélo fait suite au protocole d’accord signé en mars 2017 par la République Gabonaise, le FGIS et le Groupe Eranove. Ce contrat porte sur le financement, la conception, la réalisation, l’exploitation et la maintenance d’une nouvelle unité de production d’eau potable d’une capacité de production de 140 000 m3 par jour, située dans la province de l’Estuaire, plus précisément dans le département du Komo-Kango. Le projet Orélo vise à améliorer la desserte en eau potable de Libreville et de ses environs par le renforcement de la capacité de production correspondant à la consommation de plus de 600 000 personnes, afin de répondre à la demande sans cesse croissante de la population.

« Nous nous félicitons de l’avancée de ces projets d’eau et d’électricité (…) le Plan de relance de l’économie gabonaise a parmi ses objectifs le renforcement de l’offre d’électricité en la rendant plus accessible, plus disponible et durable. Améliorer l’approvisionnement en eau et la qualité de ces services aux citoyens constitue un élément non négligeable dans la réalisation du programme Gabon vision 2025.», a indiqué Serge Thierry MICKOTO, Administrateur-Directeur Général du FGIS.

Les contrats d’achat d’énergie électrique de Ngoulmendjim et de Dibwangui

À travers la signature des contrats d’achat d’énergie électrique de Ngoulmendjim (73 MW) et de Dibwangui (15 MW) portés respectivement par les sociétés de projet Asokh Energie et Louetsi Hydro, la République Gabonaise confirme à ces sociétés le droit exclusif de concevoir, financer, construire, exploiter et assurer l’exploitation et l’entretien-maintenance des deux installations hydroélectriques et à leur acheter l’intégralité de l’énergie électrique produite.

Marc ALBÉROLA, Directeur Général du groupe industriel panafricain Eranove, a déclaré : « La signature de ces trois contrats revêt une importance toute particulière pour notre Groupe. D’abord parce qu’elle confirme la qualité et la profondeur de notre partenariat au Gabon avec l’État et le FGIS. Ensuite parce que ces trois signatures viennent confirmer notre leadership panafricain dans la production d’eau potable et d’électricité. »

Projet Centrale Thermique au Gaz

La Société Gabon Power (GPC) filiale du Fonds Gabonais d’Investissements Stratégiques (FGIS), la Société d’Eau et d’Energie du Gabon (SEEG) et le groupe Wärtsilä, quant à eux,  ont signés avec le gouvernement gabonais, un protocole d’accord pour la conception, le financement, la construction, l’exploitation et la maintenance d’une solution thermique visant à renforcer et optimiser la centrale d’Owendo dans la province de l’Estuaire. La première phase de ce projet prévoit la mise en place d’une puissance installée de 77MW pour une production annuelle de 572GWh.

«Wärtsilä se réjouit d’apporter au sein d’un groupement unique son expertise et son expérience dans le développement et la mise en œuvre de solution de génération électrique à haute efficacité et flexibilité », a assuré Nicolas Mathon, directeur de Projet chez Wärtsilä Energy Solutions.

Pour le patron du Fonds Gabonais d’Investissements Stratégiques, « la qualité des membres de ce consortium, alliée à leur expertise dans la construction clef en main, l’opération et la maintenance, doivent permettre de réaliser le projet dans un délai court et d’apporter de nombreux bénéfices à la SEEG et aux consommateurs de la zone de l’Estuaire en réduisant les coûts, maximisant l’utilisation du gaz disponible et en apportant une solution plus pérenne », a ajouté Serge Thierry MICKOTO, Administrateur-Directeur Général du FGIS.

Projet Centrale hydroélectrique de Kinguélé Aval

Enfin, l’Etat gabonais représenté conjointement par les Ministres de l’Eau et de l’Energie et celui de l’Economie ont signé avec ASONHA ENERGIE, la société de droit gabonais, détenu par le FGIS (40%) et le groupe MERIDIAM (60%), le contrat de partenariat pour le développement de la centrale hydroélectrique de Kinguélé Aval. Il est prévu durer 30ans. La capacité maximale de l’ouvrage hydroélectrique sera de 35MW, construit sur la rivière Mbei (entre Kinguélé et Tchimbélé). Il alimentera le réseau interconnecté (RIC) de Libreville.

Dans le cadre du « Plan Stratégique Gabon Emergent », l’Etat s’est engagé à mettre à disposition des gabonais une énergie à coût compétitif tout en apportant la part de l’hydroélectricité à 80% à l’horizon 2025.

L a signature de ces contrats est donc, pour le bureau de coordination du Plan Stratégique Gabon Emergent (BCPSGE), une conclusion positive des engagements visant le développement du pays. Dans ce sens qu’ils améliorer la situation de la capitale gabonaise et de l’ensemble du territoire en termes d’approvisionnement en eau et électricité. Le projet revêt donc une importance sociale et économique.

« L’importance d’un tel projet est pluriforme. Premièrement ça a un impact social énorme pour nos populations. On a connu une forte extension urbaine que ça soit dans la zone nord ou que ça soit dans l’axe des PK5 -PK40 et, à partir de ce moment là, il est important pour le gouvernement de structurer un projet(…) Mais il y a encore une plus grand importance. Comme vous le savez, la Zone économique spéciale de Nkok est en extension et atteint un niveau de production très élevée et a besoin encore deux fois plus d’énergie ainsi que toute la zone industrielle et l’activité que l’on connaît dans le secteur minier. Particulièrement avec l’extension de la zone d’exportation au niveau du port d’Owendo », s’est réjouit le Coordonnateur général du BCPSGE, Liban Soleman

Coût total des investissements

Le montant global des investissements que le Gabon souhaite réaliser dans l’électricité et l’eau se situe autour de 500 milliards de Franc CFA sur les trois prochaines années. Soit environ 380 milliards pour ce qui concerne tous les projets en électricité  et le différencier  en ce qui concerne l’eau.

Les différents financements en question, concerne non seulement les investissements sur les installations de production (barrages d’électricité et système de production d’eau), mais aussi les lignes de transmissions (en électricité). Pour Serge Thierry MICKOTO, Administrateur-Directeur Général du FGIS, « c’est un fait exceptionnel à noter. Nos partenaires ont accepté au côté du FGIS de se substituer pour certains investissements à la force publique et d’investir dans les lignes de transmissions concernant l’électricité. Pour ce qui concerne l’eau, le coup que je vous ai indiqué intègre aussi le coût des canalisations d’eau. De telle sorte que, les projets suivis ensemble  font en sorte qu’au terme des constructions des barrages et des constructions des systèmes de production d’eau, il n’y ait absolument aucun retard. Et le tout, maximums 3ans et demi », conclut-il.

 

 

 

 

 

 

Caistab
Samsung
Gabon Égalité
Livraison
Caistab
Urban FM
Sweet & Sour
Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la Famille