spot_img

Jean-Fidèle Otandault donne envie aux investisseurs étrangers

Jean-Fidèle Otandault, le nouveau ministre de la Promotion des investissements, a déclaré le 17 juin à Libreville que son cheval de bataille consistera à booster les partenariats publics-privés (PPP), en donnant envie aux investisseurs étrangers de venir au Gabon.

Jean-Fidèle Otandault a montré face à ses nouveaux collaborateurs, à l’occasion de sa passation de charges avec son prédécesseur Jean-Marie Ogandaga, qu’il est en mission au ministère de la Promotion des investissements.

Il a situé le contexte. Le plan de relance de l’économie n’a pas marché comme souhaité. «Il faudrait booster notre économie. La relance de celle-ci passe nécessairement par les partenariats public-privés, la promotion des investissements. Nous avons mis en place un plan de relance, dont les résultats n’ont pas été à la hauteur des attentes ».

Le taux de croissance espéré n’a pas été atteint. « Durant des années, nous avons vu qu’il était possible de financer notre développement uniquement par les recettes propres et budgétaires. Nous avons également sollicité des appuis extérieurs. Mais force est de constater que le taux de croissance de 5% que nous avions escompté au début de notre plan de relance en 2017, n’a pas été atteint», a reconnu Jean-Fidèle Otandault.

Pour Jean-Fidèle Otandault, le gouvernement a bien fait de rectifier le tir. Comme Julien Nkoghé Békalé, l’a demandé dans sa nouvelle feuille de route gouvernementale, Jean-Fidèle Otandault entend galvaniser les partenariats public-privés. «Et c’est à juste titre que le chef de l’État et le Premier ministre ont voulu redonner un souffle nouveau aux partenariats public-privés. C’est donc un défi. D’autres pays se sont développés grâce aux PPP, les investissements directs étrangers. Donc, il nous faut plus que jamais donner davantage de visibilité aux investisseurs étrangers pour qu’ils aient envie de venir au Gabon ».

Cependant pour concevoir des partenariats publics-privés solides, en tant qu’expert-comptable, Jean-Fidèle Otandault sait qu’il faut d’abord améliorer l’environnement des affaires.

Il doit donc mener à terme trois chantiers cruciaux : il s’agit de la mise en œuvre de la loi d’investissement spéciale qui doit être poursuivie et finalisée, le soutien aux entreprises de la Zone économique à régime privilégié (Zerp) de Nkok et la mise en place du guichet unique du commerce extérieur.

Le Gabon connait un faible taux des investisseurs. C’est pour inverser la tendance qu’il a érigé un ministère entier des PPP, premier du genre, pour accélérer la mobilité des hommes d’affaires et des échanges.

Pamphil EBO

Caistab
Samsung
Gabon Égalité
Livraison
Caistab
Urban FM
Sweet & Sour
Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la Famille