POLITIQUE : OSSOUKA RAPONDA EST-ELLE LA VICTIME MÉDIATIQUE DE SES PROPRES MINISTRES ?
Spread the love

L’acharnement de certaines rédactions sur le Premier ministre Rose Ossouka Raponda, qualifiée tour à tour de « globe trotteuse », «d’ incompétente » pour ne citer que ces deux adjectifs, cache mal la mission portée par certains médias, celle de salir la cheffe du gouvernement pour le bonheur de certaines de ses propres ministres.

Prétendant relayer une « certaine opinion publique » ou parfois « l’avis de certains observateurs » dont l’identité n’est jamais connue, quelques-uns de nos confrères usent avec un zèle inédit d’une stratégie de presse qui a payé dans le passé : attaquer fort une personnalité publique afin d’entrer dans ses bonnes grâces ou de le faire pour le « bénéfice » d’une autre personnalité


Dans le cas du Premier ministre, Rose Ossouka Raponda, il est indéniable qu’il s’agit du second cas, certains de ses collaborateurs sont forcément à la manœuvre des titres et des articles plus insultants les uns que les autres dont elle est la victime depuis quelques semaines. 

Loin du rôle d’informer la population qu’ils se sont eux même dévolus, nos confrères se sont transformés en créateurs de Buzz, il faut choquer pour espérer que « ça arrive chez elle ».


Le pic de cet acharnement avait été la publication il y a quelques mois d’un soit disant rapport d’évaluation sur les actions du gouvernement avec en ligne de mire la seule Rose Ossouka Raponda. À croire qu’elle est le seul membre du gouvernemen

C’est d’ailleurs une constance dans ces rédactions, un acharnement à la frontière de l’injure contre le Premier ministre Ossouka, mais curieusement certains de ses ministres sont encensés à longueur de journée dans les mêmes médias. C’est limite, si le tapis rouge n’est pas déployé à chacun de leurs mouvements respiratoires.

Cette incohérence qui ne trompe personne sur les relations que certains ministres de Rose Ossouka Raponda ou certaines personnalités de la majorité présidentielle entretiennent avec des rédactions qui insultent leur patronne à longueur de journée peut suggérer que certains au gouvernement jouent contre leur camp.

La dernière sortie d’un confrère intitulée « qui pour remplacer la globetrotteuse Ossouka Raponda” semble faire partie de ce type de contenu, un article sorti de nulle part, mais dont le seul but est de placer un nom en orbite à propos d’un remaniement qui n’existe que dans l’esprit des éventuels commanditaires de ce type de papier.