LE PDG SANCTIONNE MALIKA BONGO ONDIMBA, JULIEN NKOGHE BEKALÉ ET 23 DE LEURS « CAMARADES »

La Commission Permanente de Discipline (CPD) du Parti démocratique gabonais ( PDG) au pouvoir a tenu une série d’audition ce samedi 1er août 2020. Ces auditions Font suite à l’indiscipline notoire de plusieurs cadres du parti lors du vote d’adoption par le Parlement de la loi N°006/2020 du 30 Juin 2020, portant modification du Code Pénal.

Alors que le projet de loi portant la modification du Code Pénal, riche de 465 articles dont plusieurs innovations, était soumis au vote des députés de l’Assemblée nationale dont le PDG est majoritaire, plusieurs cadres de ce parti s’étaient fait remarquer par des attitudes à rebours du règlement intérieur. Une situation inédite, alors même que ce projet de loi était porté par julien Nkoghé Bekalé, Premier ministre, donc chef de la majorité.

Les députés auditionnés avaient choisi de faire de se rebeller contre le retrait d’un simple alinéa, tenant pour certains des propos homophobes au nom de leurs convictions. Une chose que les instances du Parti démocratique n’ont pas digérée.

C’est ainsi que Julien Nkoghé Bekalé, Martin MABALA, et Raphaël MANGOUALA reçoivent une Mise en demeure.

Les honorables députés, Malika Bongo Ondimba, qui s’était dit “consternée” par le résultat du vote, Blaise Louembet qui s’était fait remarquer par un selfie publié sur les réseaux sociaux lors de la séance, et 20 autres députés écopent, eux, d’un avertissement avec inscription au dossier. Ces sanctions étaient attendues par plusieurs militants, qui reprochaient à toutes ces personnalités de faire le jeu d’une certaine opinion campée sur les réseaux sociaux.

Leave a Reply

Your email address will not be published.