spot_img

Gabon : Pour  l’opposition il faut chasser la France du Gabon

Pour Privat Ngomo, leader politique de l’opposition gabonaise, le « mal du Gabon »c’est la France. Un discours qui s’inscrit dans la vague d’un sentiment anti français promu par plusieurs organisations dites « panafricanistes » et accusées d’être proches de Moscou.

Si en mai 2022, la marche du Front Patriotique Gabonais (FPG) visant à protester contre la présence de l’armée française au Gabon avait fait un flop retentissant, il semble que mobiliser contre la France continue de faire partie du projet de société de l’opposition Gabonaise.

C’est ce que la récente sortie de Privat Ngomo laisse penser. Ce dernier estime que « le mal du Gabon n’est pas sa classe dirigeante, mais plutôt la puissance néocoloniale qui l’installe, la protège et la soutient indéfectiblement depuis plus d’un demi-siècle». Pour ce dernier, le combat politique de l’opposition gabonaise qui aspire à prendre le pouvoir d’Etat devrait se focaliser dans une lutte contre la France qui manipulerait les « régimes africains ».

Le leader de l’opposition estime que sa démarche vise à rendre la France responsable de ces agissements. « Jusqu’à présent, celui-ci n’était pas inquiété et pouvait donc poursuivre impunément son manège dans l’ombre. Le temps est venu de braquer sur lui tous les projecteurs, de mettre en lumière son trouble et double jeu machiavélique, de le dénoncer et de l’affronter ouvertement. Cette approche requiert une révolution dans notre façon de penser et un courage indéniable», a-t-il déclaré.

Une démarche pour le moins étonnante au vu de l’activisme pro-opposition de Phillipe Autié, l’ancien Ambassadeur Français qui discutait des relations bilatérales avec les autorités gabonaises, auprès desquelles il était accrédité , mais aussi avec Jean Ping, chef de l’opposition et simple militant du parti gabonais du progrès.

Si le diagnostic posé par Privat Ngomo, notamment celui sur la dichotomie entre le niveau de richesses du pays et son niveau de développement mérite une analyse froide et sans complaisance, le fait d’accuser la France des maux d’un pays qui a 60 ans d’indépendance et dont 99% de la classe politique ( opposition et majorité) a été aux affaires, ressemble plus à un catalyseur de rue et à une tentative de défausser de ses responsabilités, une certaine classe politique.

Il est par ailleurs du devoir des autorités d’attirer l’attention de certains leaders d’opinion sur des discours qui peuvent stigmatiser une partie de la population vivant en paix au Gabon.

Caistab
Gabon Égalité
Livraison
Caistab
Urban FM
Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la Famille