spot_img

Le Mausolée Alexandre Sambat rénové par Lucien Yéba, un jeune natif de Makokou

LIBREVILLE, GABON (medias241.com)- Lucien Yéba, un jeune natif de Makokou (Nord-Est du Gabon) et cadre au ministère des impôts, a profité de son récent séjour dans la capitale provinciale de l’Ogooué Ivindo pour poser un acte de grandeur et de reconnaissance à l’endroit du défunt Alexandre Sambat et sa famille, rapporte metandou.com, un site d’informations exclusivement dédié aux ressortissants du département de la Zadié et de l’Ogooué Ivindo en général.

Notre confrère indique qu’ « Afin d’honorer la mémoire de ce digne fils de la province de l’Ogooué-Ivindo, disparu depuis plus d’une vingtaine d’années, Lucien (natif de la contrée) a pris sur lui de réhabiliter le mausolée de celui qu’il considère comme son Grand Frère et son modèle politique ».

Situé en plein cœur de la ville de Makokou, le mausolée de « Salex » semblait être abandonné à son propre sort car  n’étant plus entretenu depuis des lustres.

Cet acte posé en accord avec la famille biologique de l’illustre disparu redonne vie à cet édifice qui participe à l’embellissement de la capitale Ogivine et pourrait se transformer en une attraction touristique à la mesure du Grand Homme qu’était le défunt.

En guise de remerciement pour ce geste ô combien grandiose, la famille Mangounde a tenu à élever Lucien au rang de membre de la famille à part et entière et pour joindre l’utile à l’agréable, un repas à été par offert la famille au domicile de l’illustre disparu, informe metandou.com.

Alexandre Sambat (4 octobre 1948 — 19 septembre 1998) était un politicien et diplomate Gabonais. Il fut ambassadeur du Gabon aux États-Unis de 1991 à 1993 avant de rejoindre l’opposition et d’être un candidat malheureux à l’élection présidentielle gabonaise de 1993. Après cette élection, il fit partie du gouvernement jusqu’à sa mort en 1998.

Né à Makokou, Sambat était ingénieur chimiste. Il fut ministre de l’Éducation nationale avant d’être ministre d’État du tourisme, des loisirs et des parcs nationaux le 18 novembre 1987. Il fut nommé ambassadeur auprès des États-Unis le 26 avril 1991 et présenta ses lettres de créances le 11 juin 1991.

Une composition musicale de son cru, « World peace song », fut jouée en janvier 1992 ; Sambat chantait et jouait au clavier. L’œuvre se caractérise par un refrain brillant et mélodique. Les paroles sont en anglais et en français.

Après l’élection de 1993, il rejoint à nouveau le gouvernement ; en 1995, il est ministre des droits humains. Il fut le seul membre de l’opposition dans le gouvernement constitué le 28 janvier 1997 ; il y occupa le poste de ministre de la jeunesse, des sports et des loisirs.

Alexandre Sambat resta ministre de la jeunesse et des sports jusqu’à ce qu’il meure d’une rupture d’anévrisme dans un hôpital parisien en septembre 1998.

 

 

Caistab
Samsung
Gabon Égalité
Livraison
Caistab
Urban FM
Sweet & Sour
Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la Famille