spot_img

Société : « Jeanne Ebori » encore accusé d’avoir échangé un bébé vivant contre un bébé mort

C’est l’accusation doublée d’un cri du cœur du père d’un nouveau-né qui affirme que le personnel de l’hôpital mère-enfant aurait substitué son nouveau-né vivant à un autre décédé quelques heures plus tôt.

Pourtant labellisé «  mère-enfant » l’hôpital Jeanne Ebori continue d’être le lieu de tous les scandales. Alors que le phénomène de confiscation des nouveaux-nés suite à des factures impayées avait ému le gouvernement qui s’était engagé à prendre des mesures pour accompagner les familles économiquement faibles, l’hôpital fait face depuis le 29 novembre à un nouveau scandale de substitution de bébés.

Selon le témoignage du père du bébé recueilli par KarismaTV, ce dernier affirme avoir vu son enfant à la naissance avant que celui-ci ne soit placé en couveuse. Deux jours durant, il lui sera impossible de voir son enfant en couveuse, le troisième jour le personnel de l’hôpital lui annonce le décès de l’enfant.

Une fois à la morgue de l’hôpital, le père éploré ne reconnaîtra pas le corps qui lui est présenté comme étant celui de son nouveau-né. S’ensuit une longue séquence inimaginable dans un hôpital sérieux. Séquence au cours de laquelle il lui est notifié que le nouveau-né est décédé à 19h, mais devant son refus catégorique de reconnaître ce corps, l’heure du décès passe à 6h du matin, or dans la même journée, à 15h, le père aurait payé pour un bon d’examen.

D’un autre côté, d’un bureau à un autre, le montant de la facture pour que la mère quitte l’hôpital, l’enfant certes décédé, passe de 200 000 FCFA à 600 000 FCFA. Le tout dans une forme de mépris et de déshumanisation qui tendent à devenir la marque de fabrique de Jeanne Ebori.

C’est face à cet imbroglio, que la famille a tenu à lancer un cri du cœur aux autorités afin que la lumière soit faite sur cette affaire qui ternit les efforts du gouvernement d’offrir les meilleurs soins aux Gabonais et Gabonaises.

A suivre

Caistab
Gabon Égalité
Livraison
Caistab
Urban FM
Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la Famille