spot_img

Société : « Les nounous », le casse-tête des Parents !

Dans une société où l’on revendique l’émancipation socio-profesionnelle de la femme, le revers de la médaille peut d’être difficile à voir. En effet, lorsqu’on est mère et ayant des engagements professionnels, il faut bien pouvoir faire garder ses enfants surtout les bébés dont l’âge varie entre 0 et 12 mois. Là, surviennent les soucis.

Les options pour la garde des enfants sont variées, allant de la nourrice communément appelée « nounou », la crèche ou garderie ou alors si l’on a de chance d’avoir un membre de la famille. Généralement l’on se penche vers la « nounou » et bonjour les maux de tête.

Avec ces femmes généralement de nationalité étrangères deux options s’offrent à nous : la « nounou » à plein temps ou celle à mi-temps. Encore faut-il trouver la bonne, « thé nounou ». Avec ces dernières citées, plusieurs problèmes se posent. D’abord la question de la ponctualité. Impossible de sortir de chez soi pour le boulot, si elle n’est pas encore à son poste et pourtant, elles ne se présentent pas toujours à l’heure et bonjour le retard au travail !

Autre épine, la question de la sécurité, de la confiance. Nous avons tous été choqués au moins une fois, de certaines histoires, d’enfants enlevés par des nounous, enfants battus ou maltraités par ces dames. « La nounou donnait des somnifères à mes enfants pour les endormir, parce que selon elle, ils étaient trop turbulents », rapportait une mère de famille. Un témoignage qui donne froid dans le dos.

Pour remédier à ces problèmes, ou du moins avoir le cœur net, certains parents optent pour des caméras de surveillance. Une option pour le moins rassurante, mais qui a tout de même son coût.

Sous d’autres cieux, en Europe par exemple certaines entreprises développent des crèches en leur sein afin de permettre aux parents non seulement d’être ponctuels, mais aussi de pouvoir assurer une certaine sécurité pour leurs enfants. Des exemples qui pourraient être appliqués ici au Gabon.

L’on pourrait également développer des crèches publiques comme cela se fait ailleurs, avec du personnel qualifié et à un coût accessible au Gabonais moyen. Des mesures qui seraient un grand soulagement pour les parents, car faire garder ses enfants alors qu’on travaille, est un véritable casse-tête !

Alice Zang

Caistab
Samsung
Gabon Égalité
Livraison
Caistab
Urban FM
Sweet & Sour
Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la Famille