L’ENEF BIENTÔT À BOOUÉ

L’Ecole Nationale des Eaux et Forêts (ENEF), traverse une période plus que délicate. Au ministère des Eaux et forêts, la priorité est de redresser sa réputation. La solution la moins coûteuse consiste à délocaliser l’ENEF à Booué, en plein cœur du parc national de la Lopé, où selon le ministre délégué, Sévérin Mayounou, des locaux universitaires sont déjà disponibles.

Sévérin Maypounou, s’est rendu ce mercredi 19 février 2020, à l’ENEF pour s’imprégner du fonctionnement de l’ENEF, une unité placée sous la tutelle de son département ministériel. Pour lui, l’ENEF doit retrouver ses lettres de noblesse. Le ministre délégué a évoqué deux hypothèses pour y parvenir, la délocalisation ou la réhabilitation de tout l’institut qui coûterait plus cher. « Nous sommes en train de nous atteler à essayer de trouver des solutions idoines.  L’une des solutions qui se présentent à nous est la délocalisation de cette école pour Booué, où il y a déjà une structure prête à accueillir. Et l’autre hypothèse qui serait la réhabilitation de cette école apparaît plus coûteuse », a indiqué le ministre délégué.

Sévérin Mayounou a fait le tour de toutes les structures qui se trouvent au sein de l’ENEF, des structures pédagogiques, des laboratoires de recherche, avant d’échanger avec les responsables de cette école sur  l’avenir des étudiants.

En février 2020, l’ENEF a remis des parchemins à 24 officiers formés dans les domaines de  l’écologie, de l’environnement et de l’économie verte.

Pamphil EBO

Leave a Reply

Your email address will not be published.