TRAFIC DES TESTS COVID-19 : LES INDÉLICATS SONT DES FUTURS MÉDECINS

D’après les premières interpellations dans l’enquête sur le trafic des faux tests Covid-19, ce sont trois jeunes étudiants gabonais en médecine qui seraient derrière cette pratique illégale. Des révélations qui viennent non seulement remettre en cause l’avenir professionnel de ces derniers mais également révéler de nombreux disfonctionnements présents dans la pratique de ce secteur d’activité.

Le délit de faux et usage de faux devient une monnaie courante au Gabon au regard du nombre grandissant d’actes illégaux répertoriés et dénoncés. Cette pratique se donne à lire par le fait pour un ou plusieurs individus comme c’est le cas susmentionné plus haut de fabriquer ou d’utiliser des documents contrefaits.

En effet, ces actes disproportionnés sont punis en République gabonaise conformément au code pénal en vigueur. Par conséquent, Sylvie Guilaine, Collins K, et Yoann Ivan répondront de leurs actes devant la justice.

Une situation qui nous emmène à nous questionner sur l’avenir professionnel de ces trois étudiants gabonais en médecine, au regard de la pertinence et la gravité des faits qui leurs sont reprochés.

Aussi, les révélations du réseau du trafic des faux tests Covid- 19 ne met-elle pas également en mal la pratique de la profession des hommes en blouses ?

Que dire de la véracité des différents tests virologiques que nous faisons aujourd’hui ? Si pour l’heure des « simples étudiants en médecine » arrivent à en trafiquer.

Par ailleurs, plusieurs avis fusent sur l’implication de Sylvie Guilaine, Collins K, et Yoann Ivan dans ce réseau de trafic de faux tests. D’aucuns pensent que les indélicats n’agissaient pas seuls, une main noire se cacherait sur cette histoire.
D’où seul le travail de la justice pourrait mettre la lumière sur cette affaire.

Raïssa Moubecka

Leave a Reply

Your email address will not be published.

WhatsApp chat