spot_img

TRISOMIE 21 : Changer de regard sur le handicap !

La Journée mondiale de la Trisomie 21 célébrée chaque 21 Mars, fait la part belle cette année à la transformation du regard porté sur le handicap. Au Gabon, pas de célébration officielle, mais l’on se souvient de la décision de création en 2015, d’un centre pour enfants trisomiques à Libreville.

Appelé «Centre Ndossi» (Le rêve en langue yipunu), le Centre gabonais de prise en charge des enfants trisomiques, est un service à autonomie de gestion, à compétence nationale exclusive.  Il pour missions la prise en charge au niveau médical, psychologique, éducatif et social des enfants, la détection des cas de trisomie, l’élaboration et la mise en œuvre des mesures visant l’épanouissement et l’autonomisation de ces enfants, ainsi que l’établissement des partenariats avec les organismes intéressés et la gestion, selon les standards internationaux.

En quatre années, des avancées sensibles ont été notées en matière de détection. Ceci grâce à un diagnostic prénatal « qui permet de détecter les anomalies du fœtus au cours de la grossesse, parmi lesquelles la trisomie 21 qui est détectable très tôt en début de grossesse » affirme le Dr Ulysse Minkobame. Le problème pourrait être réglé dès cette période pour soustraire le bébé des affres que provoque cette «affection grave et incurable» précise-t-elle.

Pour cette gynécologue obstétricienne, la trisomie 21 représente la principale cause génétique de retard mental et peut être à l’origine d’un handicap social important. Une fois l’anomalie détectée, la grossesse devrait être interrompue. Toutes choses avec lesquelles les patientes ne sont pas toujours d’accord. 

Les scientifiques notent d’ailleurs une hausse du taux mondial des interruptions médicales de grossesse (IMG), possibles jusqu’à la ‘‘veille de l’accouchement’’, à la suite d’une suspicion de trisomie 21.

Berthe Blanche

Caistab
Samsung
Gabon Égalité
Livraison
Caistab
Urban FM
Sweet & Sour
Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la Famille