spot_img

Election-Fégafoot: Paterne Blanchard Andoume, « le choix de l’avenir et de la raison »

LIBREVILLE, GABON (medias241.com)-La problématique du financement et plus particulièrement de la recherche des sources de financement est une question essentielle dans le football gabonais. Elle constitue le nœud gordien qu’il va falloir absolument dénouer.

C’est à cette équation que le candidat à la présidence de la fédération gabonaise de football (Fégafoot), Paterne Blanchard Andoume veut répondre une fois élu. Il prévoit la mise en place de modèles économiques innovants pour garantir l’autonomie financière du football gabonais et sa prospérité aujourd’hui et demain.

Voici in extenso comment il entend financer “autrement “ le Football gabonais

Sur les financements existants :

Nous sommes heureux de constater que la FIFA et la CAF ont augmenté les contributions apportées aux associations membres…

La FIFA

Nous sommes passés, grâce au président Gianni Infantino, de 1.600.000 USD sur 4 ans à 5.000.000 USD (2.250.000.000FCFA).

Il s’agit en réalité d’une dotation annuelle de : 500.000 USD (225.000.000 FCFA) pour le fonctionnement de la fédération et sa gouvernance; 750.000 USD (337.500.000 FCFA) essentiellement pour l’organisation des compétitions domestiques. 

À l’échelle de la CAF

Avec le président Ahmad Ahmad, les contributions sont aussi en hausse, passant de 100.000 USD à 200.000 USD (90.000.000 FCFA) par an. Ces fonds sont affectés au football des jeunes et aux infrastructures et nous les utiliserons pour…

On s’appuiera sur le Fonds National pour le Développement du Sport ( Via le ministère des Sports…) dont les fonds sont générés par le mouvement des droits d’accises. 

De sources indiquées, ce fonds génère aujourd’hui, entre 17 à 20 milliards de Francs CFA par an.

Billetterie équipes nationales et  matchs internationaux

A côté de ce fonds, nous avons sur le plan local les recettes des matchs FIFA, CAF et amicaux dont la FEGAFOOT peut capter au minimum entre 60 à 80 millions de Francs CFA par match, en plus des droits TV revendus…

L’objectif est d’avoir, d’abord, une gestion transparente et efficiente des sommes sus-évoquées pour un renouveau de notre football…

Notre mécanisme de financement…

Notre particularité est que nous mettrons en place trois modèles économiques supplémentaires qui nous permettront d’engranger plus de finances et être moins dépendant de la trésorerie publique…

Avec le concours de grandes entreprises…

Le premier modèle va consister à mettre en place, avec l’appui de l’État, un mécanisme de surtaxe légère, infiniment indolore, de certaines prestations dans le domaine des services de télécommunications, qui sera supporté par le consommateur final. Il s’agira ici, de prélever la somme de 10 Francs CFA sur chaque premier appel téléphonique journalier…

Selon nos études, ce modèle va générer au bas mot la somme de 3.300.000.000 Francs CFA par an et cet argent sera consacré à la contribution pour l’organisation et le déroulement des championnats et coupe du pays.

Le second modèle visera à prélever, et encore une fois avec le concours de l’Etat, le montant de 100 Francs CFA sur chaque transaction financière de monnaie électronique et de d’argent vers l’étranger.

Ceci  va générer la somme de 3.800.000.000 Francs CFA par an, qui servira au financement et au maintien des infrastructures et équipements dont le manque est visible et contribue à maintenir notre football dans une situation de léthargie.

Des ligues plus autonomes 

Nous voulons rendre les ligues propriétaires de leurs sièges; de leurs stades ou centres techniques et de leurs véhicules.

 Nous souhaitons avoir des ligues encore plus autonomes, par la construction de petits hôtels qui leurs permettront de pouvoir loger les joueurs pendant les compétitions et accueillir toutes autres personnes en dehors des compétitions. Ces fonds récoltés seront gérés par les ligues elles-mêmes…

Nous comptons notamment, consacrer pour les compétitions 20.000.000 Francs FCFA par ligue et 10.000.000 de Francs CFA par ligue pour leur fonctionnement.

Le marchandising, et le Marketing

Le troisième modèle se traduira par la mise en place d’une politique marketing et de marchandising basée sur la vente de produits dérivés Fégafoot et Panthères. Il est inacceptable que des tiers puissent bénéficier, sans que la fédération et les équipes nationales n’en profitent.  C’est un marché jamais inexploré.

Sur les produits dérivés…

La question de l’équipementier de nos équipes nationales, qui sera le partenaire privé numéro un de la Fédération, sera une priorité.

 Nous allons créer un système de distributeurs agréés, mettre en place un barème des prix pour chaque produit et déterminer le montant de la redevance qui devra être payée. Cette politique, permettra de générer la somme de 412.000.000 Francs CFA par an qui servira à la réhabilitation de l’école de football de Port-Gentil et à la construction d’un centre de formation dédié au football féminin dans un premier temps.

Une fondation pour le Football

Nous voulons également créer une fondation pour le football gabonais. Celle-ci sera administrée par tous les acteurs du football ainsi que certaines personnes physiques extérieures. La fondation sera administrée conformément aux règles de bonne gouvernance de standards internationaux et aura pour mission de lever des fonds en vue de contribuer de façon durable à l’essor du football des jeunes et du football féminin.

La vie du football Gabonais se joue maintenant…

Pour terminer, je dis aux délégués (électeurs) que le football gabonais doit et va écrire une nouvelle page de son histoire. Tout ce que je viens d’énoncer est réalisable et nous allons le réaliser… Une Fédération est une entreprise et j’ai une équipe taillée pour.

Faites le choix de l’avenir et de la raison… !

Merci pour votre soutien… N’hésitez pas à partager

 Paterne Blanchard Andoume, candidat à la présidence de la Fégafoot.

Caistab
Samsung
Gabon Égalité
Livraison
Caistab
Urban FM
Sweet & Sour
Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la Famille