spot_img

Grève à Addax: Déjà une perte de 6 milliards au 14eme jour, selon l’ONEP

LIBREVILLE-GABON (medias241.com)- Au 14 ème de grève des employés de la société Addax petroleum Oil & Gas Gabon (APOGG) lancée le 1er avril dernier par l’Organisation national des employés du pétrole (Onep), le bilan financier semble déjà lourd pour la société. La perte s’élèverait à environ 6 milliards de FCFA, selon l’ONEP.

Selon un communication de l’Onep, la paralysie des activités d’Addax petroleum oil & Gas se compterait désormais en milliards de FCFA. Avec 12000 barils de production perdus par jour, dont le coût s’élève à 500 millions de FCFA par jour, soit 6 milliards de FCFA engloutis dans la nature en 12 jours de grèves, ces pertes de gains ne semble assez importante pour faire fléchir les responsables d’Addax.

«Ce sont des sommes énormes comparées à ce que les travailleurs réclament. Cela montre bien que les dirigeants d’APOGG ne pensent pas au bien-être de ceux qui font la richesse de la société. C’est une attitude de ceux qui excellent dans l’exploitation de leurs semblables», déplore un employé qui a requit l’anonymat.

Il y’a 14 jours que l’Onep  a déclenché un mouvement de grève sur toutes les installations d’Addax, notamment Akondo, Tsiengui, Obangue, Port-Gentil et Libreville pour dénoncer entre autres, le non-respect de plusieurs points contenus dans le procès-verbal datant d’avril 2015 et le mutisme de la direction générale sur les sollicitations des travailleurs en rapport aux informations de vente des actifs de Sinopec dans Addax.

 «Les négociations piétinent. Il n’y a aucune avancée sur les principaux préalables. Il est temps que l’on arrive à la signature du procès-verbal de non conciliation», avance un autre agent.

Cette grève, explique le secrétaire général de l’organisation nationale des employés du pétrole, Sylvain Mayabi Binet «découle de plusieurs manquements déplorés par le syndicat. Notamment, le non-respect par la direction générale de plusieurs points du procès-verbal de conciliation partielle signé avec l’Onep, le 24 avril 2015. Mais également, l’échec des discussions en interne sur plusieurs points. Et, le mutisme de la direction générale sur les sollicitations des travailleurs liées aux informations de vente des actifs de Sinopec dans Addax».

Après avoir fait une concession sur le premier préalable qui exigeait la présence d’un représentant du groupe Sinopec, pour l’ONEP, le retour à la sérénité sur les installations d’Addax reste conditionné par la satisfaction totale d’une quinzaine de préalables et de points de droit. Parmi ces attentes figurent : la présence d’un représentant du groupe Sinopec venant de Beijing et ayant un pouvoir décisionnel sur l’ensemble des points du cahier des charges ; l’octroi d’un bonus de bonne séparation en cas de vente des actifs Sinopec dans APOGG suivant un barème défini ; la valorisation des compétences nationales sur l’ensemble des postes de l’entreprise occupés par des expatriés et dont la technicité est disponible en interne ou sur le territoire.

Ecrit avec le concours de Gabonmédiatime

 

 

Caistab
Samsung
Gabon Égalité
Livraison
Caistab
Urban FM
Sweet & Sour
Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la Famille